Réflexion - Sanctuaire Marie Reine des Coeurs

Aller au contenu

Menu principal :

Réflexion

Ouverture
PREMIÈRE JOURNÉE MONDIALE DES PAUVRES

Voici une synthèse du message du Pape François faite par Manuella Affejee pour Radio Vatican. J'y ajoute quelques extraits du message. JLC.

La pauvreté nous interpelle tous les jours par ses multiples visages constate le Pape. Visages marqués par la douleur, la violence, les tortures, l’urgence sanitaire, le manque de travail, la traite, la guerre, l’exil, les migrations forcées… « Une liste impitoyable et jamais complète » qui rend compte d’une situation intenable : celle de populations victimes d’injustice sociale et de logiques perverses dominées par l’argent. En face, la « richesse insolente qui s’accumule dans les mains de quelques privilégiés ». Et pour parachever ce tableau sombre, l’indifférence généralisée qui permet à la pauvreté d’inhiber, d’anesthésier, d’empoisonner.

Impossible pour le chrétien de « rester inerte ou résigné », de se contenter de « paroles vides ». Car l’amour parle par des actes concrets.
Et c’est là le but de cette journée. Le Pape invite tous les hommes et femmes de bonne volonté, chrétiens et d’autres confessions, à avoir le « regard fixé sur les pauvres », à leur tendre la main, à rester avec eux, à s’ouvrir au partage. Les pauvres sont nos frères. « Dieu a créé le ciel et la terre pour tous, ce sont les hommes, malheureusement, qui ont créé les frontières, les murs et les clôtures », déplore le Pape avec vigueur... Si nous créons des liens avec les pauvres, ils « pourront devenir nos maîtres qui nous aident à vivre notre foi de manière plus cohérente ».

« Par leur confiance et leur disponibilité à accepter de l’aide, ils nous montrent de manière sobre, et souvent joyeuse, combien il est important de vivre de l’essentiel et de nous abandonner à la providence du Père... Le Notre Père est une prière qui s’exprime au pluriel : le pain demandé est 'notre', et cela comporte partage, participation et responsabilité commune...

Bénies les mains qui s’ouvrent pour accueillir les pauvres et pour les secourir : ce sont des mains qui apportent l’espérance... Bénies, les mains qui s’ouvrent sans rien demander en échange, sans 'si', sans 'mais' et sans 'peut-être' : ce sont des mains qui font descendre sur les frères la bénédiction de Dieu. ».

À l’occasion de cette journée mondiale des pauvres, le dimanche 19 novembre, le pape François partagera son repas avec plus de 500 pauvres dans la salle Paul VI.

Jean-Louis Courchesne, s.m.m.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu