Réflexion - Sanctuaire Marie Reine des Coeurs

Aller au contenu

Menu principal :

Réflexion

Ouverture
QUAND JÉSUS APPELLE...
Le récit de l'appel des apôtres nous est si familier que leur réponse nous paraît toute naturelle. Pourtant, avec Simon et André, Jacques, Jean et les autres, c'est le destin de douze hommes et de leurs proches qui se trouve irrémédiablement transformé. Un bon jour, un homme au regard irrésistible est venu changer leur histoire. Il les a non seulement amenés à abandonner leur métier, mais à consacrer leur vie entière à sa suite.
Qui étaient ces hommes pour aider Jésus à établir le Règne de Dieu? Ils étaient les premiers à se le demander. La plus grande de leurs compétences était leur amour pour Jésus: leur garantie de réussite était leur foi en lui qui, en leur déclarant qu'il ferait d'eux des pêcheurs d'hommes leur avait promis la présence de son Esprit.
Les récits de vocation d'apôtres ont tous quelque chose en commun : c'est qu'aussitôt, ils suivent Jésus. La grâce agit mystérieusement, mais cette réponse immédiate et définitive révèle des hommes en recherche de quelqu'un ou d'un sens à leur vie. C'est clair pour André, qui était déjà disciple de Jean et à qui Jésus demandait dans l'Évangile de dimanche dernier : « Qui cherchez-vous? » André et son compagnon avaient répondu : « Seigneur, où demeures-tu? » Jésus les avait invités ; « Venez et vous verrez! » Après quelques heures avec Jésus, André avait proclamé : « Nous avons trouvé le Messie! » Chacun des douze a vécu l'appel à sa façon : pour tous, la rencontre de Jésus a marqué le début d'une vie nouvelle.
Si nous relisons les récits des appels de Jésus en nous mettant dans la peau des appelés, nous réaliserons que notre situation fondamentale est bien semblable à la leur. Notre réponse a été oui, mais dans le quotidien de la vie, nous pouvons déplorer qu'elle soit trop un mélange de oui et de non, que notre témoignage de foi manque d'audace. Un regard sur le Chef des apôtres nous est offert, non pas pour nous excuser mais pour nous encourager : Pierre se pensait capable de tout pour son ami Jésus. Qu'a-t-il fait le Vendredi saint? N'oublions jamais qu'il a fini par vivre jusqu'au bout son cri du coeur : « Seigneur, tu sais tout! Tu sais que je t'aime! »
Jean-Louis Courchesne, s.m.m.



 
Retourner au contenu | Retourner au menu