Réflexion - Sanctuaire Marie Reine des Coeurs

Aller au contenu

Menu principal :

Réflexion

Ouverture
LA LIMITE DU PARDON
« Seigneur, lorsque mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner? Jusqu’à sept fois? » Pierre se croyait sans doute généreux en se rattachant à la tradition dans laquelle le chiffre « sept » était un chiffre parfait. On connaît la réponse de Jésus. Pierre devra comprendre qu'il n'y a pas de chiffre parfait quand il s'agit de pardonner.
Jésus profite de la question de Pierre pour nous amener au sens même du pardon. Il ne s'agit pas simplement d'un beau geste qu'il recommande à ses disciples; il leur dit que s'ils ne pardonnent pas, il ne les reconnaîtra pas. En effet, c'est à l'amour que nous avons les uns pour les autres qu'il nous reconnaît. Pouvons-nous prétendre aimer si nous ne pardonnons pas? Comme l'amour, le pardon ne se calcule pas. il n'y a pas plus de limite au pardon qu'il n'y a de limite à l'amour. Le grand commandement est double ; aimer Dieu et notre prochain. Pour inviter au pardon, Jésus emploie le vocabulaire de l'amour : nous serons pardonnés si nous pardonnons « de tout notre cœur ».
Si quelqu'un m'insulte et me fait du mal, c'est dans tout mon être que je ressens la blessure et elle est d'autant plus profonde que la personne qui me fait ce mal est plus près de moi. Ma première question, alors, n'est sans doute pas : « Combien de fois? » mais « Est-ce que je vais pardonner? » Certaines blessures laissent des cicatrices pour la vie. Jésus sait que nous ne les oublierons pas; il fait appel à notre cœur dont il sait qu'il peut aimer beaucoup même s'il est blessé. Notre amour propre et notre sensibilité retiennent la faute, notre cœur doit libérer la personne qui l'a commise. Pardonner, c'est libérer l'autre de sa dette et se libérer soi-même d'un passé et d'une rancœur qui empêchent de vivre. C'est aussi nous donner le droit de dire : « Père, pardonne-moi comme j'ai pardonné! »
On peut se demander si l'on a vraiment pardonné. Le pardon n'est pas une bonne action isolée, il est une preuve concrète et durable de l'amour. Ne soyons pas découragés si notre pardon n'est pas parfait, si nous désirons pardonner, il le deviendra à mesure que notre amour grandit.
Jean-Louis Courchesne, s.m.m.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu